Construction d’un moto planeur 60 pouces


Pendant longtemps, le Prodij est resté la référence des planeurs 60 pouces de vitesse. Mon objectif initial était de construire entièrement un planeur approchant ses performances, en lui associant un profil plus actualisé, le TP73. (http://pierre.rondel.free.fr/images2/newTPsections/TP_Profils.htm)

N’ayant pas sous la main une machine à découper au fil chaud, ou une CNC numérique, j’ai du opter pour une construction de l’aile avec nervures et coffrage en balsa.

Cette construction m’a aussi permis de réaliser pour la première fois un fuselage avec la technique du moule perdu.

Etapes de la construction

Les longerons sont constitués de 2 joncs carbone creux de 4mm avec un petit décalage pour gagner un peu en épaisseur. Les longerons ne s’étendent que sur la zone centrale car l’épaisseur de l’aile ne permet pas de les prolonger jusqu’au saumons. La rigidité de l’aile en flexion sera assuré grâce à des bandes carbones sur le coffrage.

Pose de l’extrados en balsa 1mm avec une série d’épingles plantées dans chaque nervure.

Une fois l’aile complètement coffrée et poncée, on découpe des panneaux de fibre 60g/m2 pour préparer le marouflage intégral de l’aile.

Les panneaux sont ensuite enduits de résine en 2 fois pour l’intrados est l’extrados. 4 bandes de carbone de chaque côté permettent de renforcer considérablement l’aile.

Après un travail de ponçage, l’aile prend un aspect relativement lisse.

On peut apprécier la finesse de l’aile.

Les ailerons full span sont ensuite découpés à 30% de la corde conformément à la préconisation du profil.

On peut noter l’espace laissé entre chaque nervure. Cet espace devra être comblé par du balsa 1mm.
Les ailerons seront articulés avec une bande de scotch ou de blenderm.

Usinage du moule dans un morceau de styro.
Du contreplaqué 1mm a été collé sur l’assise de l’aile pour bien rigidifier le fuselage à ce niveau.
La queue du fuselage est un jonc carbone creux de 11mm.
On la colle directement dans une saignée du moule en prenant bien garde à son alignement.

Plusieurs panneaux de fibre de verre 160g/m2 sont prédécoupés afin de les poser en une seule fois sur le moule.
Trois épaisseurs permettent d’obtenir une rigidité suffisante.
La jonction queue-styro est rendue progressive grâce à quelques bandes de scotch.
Des bandes en carbone viennent en outre s’intercaler entre les couches de manière à renforcer les endroits stratégiques du fuselage.

Ne possédant pas d’étuve, la résine est appliquée au pinceau à température ambiante.
Au bout de 24h, elle est parfaitement durcie et est manipulable.
Du diluant cellulosique est ensuite versé par l’extrémité de la queue de manière à pouvoir diluer le styro, ainsi, il ne reste que l’enveloppe de fibre.
Cette opération dure environ 30min et nécessite un demi verre de diluant.
Une fois diluée, la pate visqueuse obtenue peut être vidée grâce un un petit trou percé dans le nez du fuselage.

Un fenêtre est ouverte sur le côté du fuselage pour pouvoir y loger l’électronique.

Pour l’empennage arrière, j’ai choisi d’intégrer directement les servos sur les volets comme je l’avais déjà fait pour le mini discus.
Hobbycity vend des petits servos digitaux 8g extra plats et puissant disposant en outre de pignons métaliques.
Ils iront parfaitement pour cet usage avec leur 8mm d’épaisseur.
L’empennage est constitué d’un sandwich de 4 parties de balsa croisé (2x2mm et 2x1mm) avec du tissu d’arrachage prévu au niveau de l’articulation des volets.
On obtient ainsi une épaisseur de 6mm très solide.

Une fois les 2 panneaux d’empenage réalisé, on vient simplement les coller à l’epoxy sur le tube de queue avec un angle de 120degrés.
Les câblede commande des servos sont prolongés par une rallonge et passent dans le tube de queue.
La tringlerie utilisée du le Prodij et qui passe dans le tube de queue est ainsi astucieusement éliminée au profit d’une commande électrique.

Pour la commande des ailerons, j’ai repris le système du Prodij avec platiçne servo dans le fuselage et jonction par chape à boule.

L’aile est fixée sur le fuselage par seulement 2 vis nylons.

vue d’ensemble:

Evolution et motorisation

Un première version du planeur a été réalisée. Il volait honorablement, mais on était assez loin des performances du Prodij que j’ai fini par acheter par la suite. Les planeurs dit « tout plastique » ont peut-être un tarif élevé, mais il semble bien justifié dans le cas du Prodij tant il existe un monde entre ce que peut faire un amateur et ce que peut produire un arisant spécialisé dont c’est le métier. Alors j’ai décidé de le motoriser pour en faire un modèle plus polyvalent permettant d’évoluer à la plaine.

Adjonction d’un moteur hélicoptère sonix 3500kv avec une rallonge en carbone 3mm et une petite hélice 4.1×4.1

La chauffe et les vibrations étaient bien trop importantes alors j’ai monté ensuite un moteur inrunner de 2900k avec une 4.7×4.7 mais la chauffe à encore eu raison de ce moteur pourtant bien ventilé, alors j’ai décidé de repenser la motorisation en optant pour un kv plus faible avec une plus grosse hélice repliable. Hors les faibles kv sont très rares avec une diamètre de 28mm. J’ai donc coupé l’avant du fuselage pour refaire un moule perdu permettant d’accueillir un moteur outrunner de diamètre 35mm. Une combinaison avec un moteur de 1300kv et une hélice repliable 8×6 donne des résultats honorables sur le papier.

ponçage du moule, et ajout de renforts en carbone:

Résultat après fibrage du moule et découpe verrière:

On verse de l’acétone pour éliminer le styro:


On s’aide du bâti moteur pour percer les trous dans le couple avant:

Le cône est du plus bel effet une fois le fuselage bien ajusté:

, , , , , , ,

  1. Pas encore de commentaire.
(ne sera pas publié)